Street Blog

Quand une professeure d'université parle de l'album Dangerous de Michael Jackson (suite)

  • Publié par Funky Thug
  • Il y a 3 mois
  • Genre: rnb

Que voulez-vous soulever sur la musique de MIchael Jackson qui n'a, d'après vous, pas été suffisamment relayé ailleurs par les critiques musicaux ou les publications académiques ?
 
Après la mort de Jackson, j'ai fait d'importantes recherches sur des écrits autour de sa musique et j'ai été absolument stupéfaite de voir à quel point il y en avait peu. Tout le monde s'est concentré sur ce qu'il pensait être une vie folle (et très franchement, même ceci n'a pas été traité de manière intéressante) mais a négligé en quelque sorte la virtuosité de son oeuvre musicale, extrêmement riche, complexe ; ses courts-métrages et ses spectacles filmés ont été négligés (et entre nous :  je n'avais jamais vu le DVD du concert à Buccarest, filmé lors du Dangerous Tour en 1992 - la seule sortie officielle en DVD pour un show en live durant sa vie, avant sa mort ; il est sorti en 2005 à l'époque où le monde entier avait les yeux rivés sur le procès criminel). Il est très difficile de pénétrer les raisons pour lesquelles l'un des artistes les plus importants ait pu être à ce point rejeté et négligé en tant qu'artiste. Même lorsqu'il était au sommet, rien qu'une poignée d'essais de bonne qualité ont tenté de dégager des choses importantes sur son art. Cela commence doucement à changer. Il y a eu quelques super écrits qui ont été publiés sur Jackson après son décès, mais pour ce qui est de considérer exclusivement les chansons et les clips, ou creuser sur un album, cela reste encore un terrain pratiquement inexploré. Le livre de Joe Vogel Man In The Music est le premier et le seul qui propose album après album, un synopsis du travail de Jackson. Pensez au nombre de livres de ce type qui existent pour d'autres artistes importants ! Et la chose intéressante c'est que le travail de Jackson est si complexe que des interprétations contradictoires et multiples devraient exister, comme c'est le cas pour d'autres artistes dont on se préoccupe. 
 
Ainsi, beaucoup de choses pourraient être mises en lumière, mais j'ai vraiment envie d'explorer l'âge adulte de Jackson, l'image de l'homme mature qu'il présente, le sérieux de cet album - comment il peut être mis en parallèle avec d'autres oeuvres musicales qui sont sorties au cours cette année 1991, étonnament riche en musique : pas seulement Nevermind et Achtung Baby, mais plein d'autres. C'est un Michael Jackson qui a constamment été nié par la critique. Nombreux sont ceux qui ne le voyaient pas comme un adulte ou pensaient qu'il n'en était pas un, tandis que finalement il se posait lui-même en adulte avec Dangerous, qui a plus ou moins fait l'objet d'un rejet de la critique. C'est précisément à ce moment, précisément quand il embrasse la maturité que cette aberration est devenue intolérable et que l'aveuglement de la critique à l'égard de sa musique s'est installé. Michael, l'étrange croisement entre enfant et prodige, fabuleux, habitant l'adulte avec l'élégance qui le caractérise, avec ces costumes ; sa sexualité brûlante en concert (qu'un grand nombre de critiques ne pouvaient ou ne voulaient voir) ; son amour pour les enfants les choses enfantines ; son incapacité à avoir une compagne ; son incapacité à produire une musique sonnant plus "black" - ce dernier point était vraiment effrayant pour les médias généralistes et plein d'autres, par ailleurs. Les premières allégations d'abus sur enfant ont été faites quelques années après la sortie de Dangerous : de mon point de vue, l'album est le document qui a permis de mettre en action les roues de sa chute spectaculaire.

Quel était votre premier concert ?
 
Ne serait-il pas délicieux que je vous dise MJ ? Hélas ! Je ne l'ai jamais vu sur scène. Mon premier concert était Bowie en 1976 pour la tournée Young America. J'étais une fan de Bowie. Avant internet et que j'habite en dehors du centre urbain, je devais envoyer un courier ou passer un appel téléphonique pour commander un ticket (j'aimerais l'avoir encore en ma possession, pourquoi ne l'ai-je pas conservé ?). Je ne me souviens plus du moyen par lequel j'en ai entendu parler : par la radio ? Un journal ? Un magazine ? Où les dates de concert avaient-elles été anoncées à l'époque ? Je l'ai fait sans avoir la moindre idée de comment me rendre à Vancouver pour assister au concert. Mes parents m'y ont finalement conduits (six heures de route). Je me rappelle d'être entrée dans le Pacific Coliseum - ah, l'époque où se tenaient les festivals et où vous pouviez vous retrouver écrasé contre la scène, sans sécurité ni barrières. Je pensais que j'étais glamour, mais ce n'était rien comparé à ceux qui m'entouraient ; il y avait toute sorte d'incarnations de Ziggy Stardust, Aladdin Sane, Diamond Dog. Bowie est arrivé avec un costume noir et un haut blanc. Il avait coupé son mullet et bien que ces cheveux étaient encore rouges il ne les avaient pas teints de fraîche date. C'était son nouveau look "maigre duc blanc" [littéralement "Thin white duke", personnage créé par Bowie en 1976, NdT]. Il nous a lancé à tous une grimance, toujours emprunt des années Ziggy. Je me souviens d'avoir été transportée par le fait de voir mon idole en chair et en os, à peine hors de portée. Je tremblais de tout mon corps. Je ne me souviens pas d'avoir quitté le stade, mais je me rappelle clairement attendre assise à l'extérieur pour le retour, ce qui m'a semblé un temps long, en respirant l'air froid de février et en ayant l'impression d'avoir changé pour toujours. Magique. 
 
Comment écoutez-vous de la musique chez vous : vinyl, CD ou MP3 ? Pourquoi ?
 
CD ou MP3 ; je me suis débarrassée de ma platine il y a quelques années. C'est plus simple de me laisser aller à mon habitude d'écouter le même morceau encore et encore (je ne peux décrocher vraiment que quand je n'en peux plus). Mais curieusement, lorsque Jackson est mort c'était ma version vinyle de Thriller que j'ai sortie, entrouverte sur une étagère dans mon bureau à l'université et qui s'y trouve encore aujourd'hui. Je ne suis pas de ces audiophiles qui insistent sur le fait que le vinyle est meilleur que l'enregistrement numérique, mais je regrette beaucoup la richesse du travail artistique sur les couvertures d'albums qui accompagnaient les enregistrements de vinyles. Entre autres pertes, la version CD de Thriller omet les petits dessins réalisés par Jackson pour l'étui souple du disque.
 
Nommez les paroles d’une chanson de l’album au sujet desquelles vous écrivez et qui encapsule a/ l’album lui-même, b/ l’expérience qu’a été pour vous d’écouter l’album pour la première fois, ou c/ votre expérience d’écrire sur l’album jusqu’ici.
 
Ce n’était pas les paroles qui m’ont captivées ; ce le sont rarement ! Je suis accrochée au son : les rythmes, les mélodies, la qualité de la voix, les décalages harmoniques intéressants, le choix des instruments, la production, comment la musique nous fait appréhender le temps et le corps. Ce qui m’ennivre dans la musique de Michael Jackson est, en fait, sa musique. Tout particulièrement son intensité et alors que le niveau d’intensité est toujours présent chez Jackson, je soutiens qu’elle atteint de nouveaux sommets dans Dangerous. Cet album est tout simplement renversant émotionnellement.
 
J’ai passé toute ma carrière à essayer de savoir comment écrire de manière pertinente sur la musique, d’une manière qui ne met pas seulement en exergue la structure musicale ou d’autres details qui s’y rapportent, dans un langage que personne hormis quelques spécialistes sont à même de comprendre, mais d’une manière qui connecte la musique à des idées culturelles qui ont du sens. Si les significations premières de la musique émanent des paroles, pourquoi aurions nous besoin de la musique ? Le son musical transporte des significations culturelles. Il est donc intéressant pour moi que cette image de l’adulte que nous transmet Jackson soit rattachée avec beaucoup d’intensité émotionnelle à sa voix (qui atteint souvent le point de saturation), à la dureté de ses rythmes ou à la démesure baroque de la musique. Le gars est assez énervé ! Et je pense que si je devais m’engager à encapsuler l’album, ce serait avec la danse à la fin du court-métrage de Black or White. Je sais que ça s’éloigne de la musique, mais l’intensité émotionnelle des paysages mouvants lors de cette danse résume en mouvement ce que l’album délivre en musique. 

Commentaires (Facebook)
Commentaires
  • Aucun commentaire visible

Vous n'êtes pas autorisé à poster des commentaires
Se connecter | S'inscrire

Nouveaux articles

Top amis

  • Kien - SMSO production - Rap / Slam / Hip Hop
  • Beatmaker.fr
  • Skithoven
  • Pharoahe Monch
  • Jukaz
  • Söze67
    Online
  • INTERNATIONAL HIP HOP
  • Wassup Bruh
  • Heisenberg Town
  • ASSE.2kmusic.com
  • GOOD2GOOD
  • ThisIsTony !